Nous contacter +33 (0) 4 74 37 33 33
    Quelles pratiques pour assurer le succès du changement d’organisation ?

    Quelles pratiques pour assurer le succès du changement d’organisation ?

    Actualisé le par Olivier VUILLET

    Quelles pratiques pour assurer le succès du changement d’organisation ?

    Lorsqu’ils déterminent la portée d’un projet, les cadres doivent comprendre à la fois comment le projet fonctionnera d’un point de vue technique et comment ils s’assureront que les gens utilisent réellement le nouveau système ou processus. Les deux parties de cette équation sont nécessaires pour qu’une organisation en ait pour son argent ; pour la seconde moitié, les encadrants ont besoin d’un plan d’adoption qui leur donnera une série de mesures proactives pour stimuler l’adoption par les utilisateurs.

    Dans cet article, nous examinerons les meilleures pratiques à respecter lors de l’élaboration de la stratégie de changement d’organisation de votre entreprise.

    Principes clés de gestion du changement

    Il existe plusieurs principes de gestion du changement organisationnel que toute entreprise devrait respecter :

    Se faire une idée du terrain

    Avant de mettre en œuvre une nouvelle solution ou d’introduire un nouveau processus, asseyez-vous avec vos employés et ayez des conversations honnêtes pour obtenir le plus d’informations possible. Idéalement, cette information devrait vous aider à identifier et à vous préparer à tout obstacle potentiel qui pourrait survenir au cours du projet. Envisagez de créer des sondages et d’organiser des entrevues et des ateliers afin de donner aux employés de multiples options pour interagir avec votre équipe de management.

    Mettre l’accent sur la valeur du changement

    Même si vous voyez la valeur d’un changement organisationnel, il se peut qu’il ne soit pas immédiatement apparent pour les utilisateurs finaux. Les utilisateurs finaux sont plus susceptibles de s’adapter aux changements s’ils comprennent comment ils seront affectés par ceux-ci – et, plus précisément, comment ils pourraient en tirer profit. Passez un message qui trouve un écho auprès des utilisateurs finaux, adptez un discours simple et renforcez la valeur du projet dans toutes vos communications et formations.

    Travaillez du haut en bas

    Pour que le changement soit efficace, il doit être appliqué uniformément à tous les niveaux, y compris les cadres supérieurs et la direction. Les cadres supérieurs et la direction sont en mesure de définir la vision et de donner le ton au projet. Il est donc important qu’ils s’engagent dans des initiatives de gestion du changement, qu’ils présentent un front uni et qu’ils travaillent à inspirer confiance aux employés.

    Reconnaître les leaders informels

    Le leadership n’a pas toujours besoin de venir de la direction. Il peut venir de n’importe où au sein de l’organisation. Ces leaders informels sont d’une valeur inestimable à toutes les étapes du processus de changement, de la formation à la mise en service, et assurent la liaison entre les utilisateurs finaux et l’équipe de projet. Lorsqu’il s’agit d’identifier d’éventuels leaders informels, il faut se tourner vers des employés qui sont très respectés par leurs pairs et qui ont prouvé qu’ils connaissent l’entreprise.

    Communiquez tôt et souvent

    Une communication efficace est la clé de l’adoption des messages et de la gestion efficace du changement organisationnel. Après la communication initiale, les dirigeants doivent rappeler régulièrement aux utilisateurs finaux la valeur du projet en question. Il y a plusieurs façons de le faire sans que vos messages ne deviennent redondants : Répondre aux questions ou aux préoccupations actuelles sur les projets antérieurs, se concentrer sur les avantages auxquels les gens peuvent s’attendre et définir clairement les attentes. Idéalement, votre plan de communication devrait informer, soutenir et renforcer la confiance.

    Offrir une formation complète

    Afin de s’adapter au changement, les utilisateurs finaux doivent d’abord comprendre ce qu’ils doivent faire pour soutenir le processus. Lors de l’élaboration du matériel de formation, veiller à renforcer la valeur du projet, à former les personnes sur le nouveau processus et les nouvelles caractéristiques pour les renforcer, à mesurer la capacité de chaque utilisateur et à établir des pratiques exemplaires et un programme de formation pour une utilisation future. Assurez-vous que le programme est axé sur les rôles de chacun afin que les participants de chaque séance de formation puissent appliquer ce qu’ils ont appris à leur propre fonction.

    Offrir un soutien continu

    Le soutien ne devrait pas seulement prendre la forme d’un soutien technique, mais aussi d’un engagement de la direction, d’un soutien commercial de la part des personnes influentes et de l’équipe de projet, de processus de gouvernance pour les nouvelles fonctions, de formation continue, de communications cohérentes de la part des dirigeants, de sondages auprès des utilisateurs, de mesures d’adoption, de compétence, d’utilisation et de productivité.

    Un acronyme simple : ADKAR

    Créé par Jeff Hiatt, fondateur de Prosci, ADKAR est “un cadre pour comprendre le changement au niveau individuel” qui vise à aider les entreprises à mettre en œuvre avec succès le changement organisationnel.

    ADKAR signifie :

    Prise de conscience (Awarness) : Les gens ont tendance à craindre l’inconnu. En expliquant aux employés pourquoi un changement se produit, ce qu’il symbolise et à quoi s’attendre à chaque étape du projet, vous pouvez éliminer une partie de cette crainte.

    Désir (Desire) : Les utilisateurs finaux sont plus susceptibles d’adopter de nouveaux systèmes ou processus s’il y a quelque chose à gagner pour eux ou leurs clients. Prenez le temps de communiquer efficacement et de démontrer les avantages spécifiques que le changement apportera aux clients et aux différents postes et départements de votre organisation.

    La connaissance (Knowledge) : Pour que les utilisateurs finaux puissent adopter de nouveaux systèmes et processus, ils doivent d’abord comprendre comment ils fonctionnent et comment les utiliser. En plus de la formation de base, responsabiliser les employés en leur montrant ce qu’ils doivent faire pendant la transition et en leur communiquant les compétences et les comportements nécessaires pour soutenir le changement.

    Capacité (Ability) : Une fois la formation de l’utilisateur final terminée, mettez à l’épreuve les compétences nouvellement acquises par les employés afin de vous assurer qu’ils comprennent bien le concept et les capacités dont ils disposent.

    Renforcement (Reinforcement) : Le changement ne s’arrête pas à la mise en service. Établir des politiques, des procédures et des processus pour fournir aux employés un soutien continu afin qu’ils puissent continuer à s’adapter au changement organisationnel et à l’adopter pour les années à venir.

    Conclusion :

    Changer la culture organisationnelle n’est pas une mince affaire. Que le changement soit petit ou grand, sa portée stratégique peut avoir un impact majeur sur l’entreprise. Le projet de changement doit être bien encadré pour éviter la naissance de problèmes additionnels.

     

     

    Sur ce blog vous allez découvrir
    Le coût de votre dépendance aux technologies obsolètes
    Des solutions concrètes pour résoudre vos difficultés récurrentes
    Comment des innovations peuvent multiplier vos opportunités
    Codes-barres GS1 : 4 astuces pour le guidage de vos cartons de regroupement

    Codes-barres GS1 : 4 astuces pour le guidage de vos cartons de regroupement

    Actualisé le par Olivier VUILLET

    Codes-barres GS1 : 4 astuces pour le guidage de vos cartons de regroupement

    L’utilisation d’imprimantes à jet d’encre pour ajouter des informations variables aux cartons de regroupement est de plus en plus populaire. L’utilisation de cette technique peut réduire considérablement le nombre d’articles pré-imprimés en stock qui doivent être gérés et s’ajouter aux coûts d’exploitation de l’entreprise.

    Chez Tiflex, nous avons beaucoup d’expérience dans l’installation de systèmes jet d’encre pour l’impression de codes- barres, de textes et de graphiques sur des cartons. Nous sommes le leader Français du marquage direct sur les emballages secondaires. 

    Imprimante Jet Encre Hrp R32 Bicolore 

    S’il y a une chose que nous avons apprise au cours de notre expérience, c’est qu’une bonne manipulation des produits est aussi importante qu’un bon équipement d’impression pour obtenir les codes à barres GS1 conformes et de haute qualité que les clients exigent. Si les cartons ne sont pas présentés de manière cohérente et précise à la tête d’impression, cela se traduira par une mauvaise qualité d’impression et, en particulier, ne permettra pas d’imprimer des codes à barres de haute qualité.

    Pour aider à former les utilisateurs sur les meilleures pratiques de manipulation des produits, nous publierons prochainement un livre blanc détaillé sur ce sujet qui aborde de nombreuses questions importantes pour assurer une impression de grande qualité à chaque fois.

    La transition entre la fermeuse de caisses et le convoyeur où les imprimantes de codes-barres sont installées, est un domaine d’importance cruciale. L’espace étant souvent limité sur les lignes d’emballage, les têtes d’impression doivent souvent être installées très près de la sortie de la fermeuse de cartons. Voici quelques astuces à suivre :

    Contrôle des cartons – Proximité de la tête d’impression

    Il est important qu’après avoir quitté la fermeuse, les cartons soient présentés à la bonne distance des têtes d’impression. Les gouttes d’encre qui sont tirées des têtes d’impression ne peuvent parcourir qu’une courte distance tout en maintenant leur précision. Si le carton est trop éloigné, la qualité d’impression se détériore et s’il se rapproche trop de la tête d’impression, celle-ci peut être endommagée par un choc.

    Il est préférable d’utiliser des rails de guidage pour contrôler avec précision la position du carton et encore mieux, l’utiliser avec les supports de tête d’impression rétractables de l’imprimante HRP. Ce support utilise un système qui permet à la tête d’impression d’être toujours à la bonne distance du carton.

    Vitesse du produit ou du convoyeur

    Assurez-vous que les cartons qui sortent de votre fermeuse se déplacent à une vitesse qui se situe dans les limites de capacité de votre imprimante à jet d’encre. Nos têtes d’impression HRP sont capables d’imprimer du texte, des codes à barres et des images de haute qualité jusqu’à 60 mètres par minute et jusqu’à 200 mètres par minute pour des marquages plus simples, ce qui est suffisant pour la plupart des lignes de production.

    Poussière, résidus

    Certaines machines de scellage de caisses utilisent de la colle thermofusible pour maintenir les rabats des cartons fermés. Parfois, les applicateurs d’adhésif peuvent laisser un résidu filandreux qui peut se coller sur les têtes d’impression et bloquer les minuscules buses. La poussière de carton ondulé peut aussi être néfaste, assurez-vous de nettoyer régulièrement votre matériel d’emballage et les têtes d’impression.

    Vibrations

    Une bonne qualité d’impression dépend aussi de la douceur du transfert des cartons vers les têtes d’impression. Assurez-vous que votre bande transporteuse fonctionne sans à-coups et que vous ne laissez pas tomber les cartons sur le convoyeur où les têtes d’impression sont montées. Nous avons vu cela se produire et les résultats ne sont pas toujours très bons.

    Conclusion

    Il existe encore d’autres paramètres à prendre en compte et la meilleure façon d’obtenir le meilleur étiquetage ou marquage pour vos cartons de regroupement est de contacter votre délégué régional Tiflex. Avec de nombreuses années d’expérience, liées à l’emballage, au scellage et à la manutention des produits, nous sommes en mesure de vous aider à déterminer la meilleure solution pour tous vos besoins de marquage des emballages secondaires.

     

     

    Sur ce blog vous allez découvrir
    Le coût de votre dépendance aux technologies obsolètes
    Des solutions concrètes pour résoudre vos difficultés récurrentes
    Comment des innovations peuvent multiplier vos opportunités
    Les 5 tendances à suivre dans l’industrie

    Les 5 tendances à suivre dans l’industrie

    Actualisé le par Olivier VUILLET

    Les 5 tendances à suivre dans l’industrie

    Il est plus important que jamais pour les entreprises d’être en avance sur l’évolution du numérique afin de continuer à innover et à devancer leurs concurrents. Voici 5 tendances que les fabricants devraient garder à l’esprit :

    Les nouvelles technologies et les données connectées seront les moteurs du succès de l’entreprise

    Les Big Data et l’IoT deviennent indispensables pour fournir une nouvelle base de travail à la production, en particulier pour appliquer l’IA à l’analyse prédictive., les leaders du numérique seront plus rentables que les organisations qui adoptent plus lentement la technologie. Les entreprises doivent être conscientes de la façon dont les nouvelles technologies peuvent améliorer leurs activités, car la réalité est que l’analyse prédictive ne peut changer la donne que lorsque les données de l’entreprise sont connectées sur toute la chaîne de valeur.

    Maintenance prédictive blog Tiflex

    La production locale deviendra un standard au niveau mondial

    Gartner prévoit que d’ici 2021, 20 % des 100 plus grandes entreprises mondiales de biens de consommation utiliseront l’impression 3D pour créer des produits personnalisés. Cette tendance se traduira par une production de masse, qui se concentrera davantage sur la production locale et la personnalisation. Cela permettra aux clients de commander des produits personnalisés, avec une livraison en quelques jours.

    Les employés de demain posséderont un tout nouvel ensemble de compétences

    D’ici 2025, 75 pour cent de la main-d’œuvre seront des millénials. Ces travailleurs apporteront un nouvel état d’esprit et adopteront des compétences à peine (ou pas du tout) utilisées de nos jours. Alors qu’un opérateur appuie aujourd’hui sur le bouton d’une machine et la regarde fonctionner, l’Industrie 4.0 exige des opérateurs qu’ils utilisent de multiples compétences techniques, travaillant sur plusieurs machines et robots de surveillance pour s’assurer que les opérations fonctionnent comme prévu. De plus, la main-d’œuvre devra apprendre à utiliser l’analyse prédictive des données pour gérer les imprévus. Il est essentiel pour les entreprises d’aujourd’hui de commencer à s’adapter à une main-d’œuvre et à une façon de travailler complètement différentes avec l’arrivée de l’analyse prédictive d’ici quelques années.

    Les systèmes d’exploitation prédictifs deviendront le moyen le plus efficace de traiter les problèmes de production

    Les systèmes d’exploitation prédictifs deviendront la norme. Le problème avec les systèmes d’exploitation traditionnels est que l’analyse des causes et l’amélioration continue se produit après qu’un imprévu se soit produit, par exemple une livraison manquée, un temps d’arrêt machine non planifié, un problème qualité…Grâce aux données d’entreprise connectées et aux analyses prédictives supportées par l’intelligence artificielle, les systèmes d’exploitation pourront prédire les écarts avant qu’ils ne se produisent.

    La connectivité aura des répercussions importantes sur les modèles de revenus et services

    La clé pour générer de nouvelles sources de revenus sera la façon dont les entreprises tireront parti de la connectivité pour influer sur les diverses fonctions de leur entreprise. Des chaînes d’approvisionnement interconnectées et l’amélioration de la qualité des produits grâce à l’innovation seront des facteurs cruciaux dans la façon dont les entreprises manufacturières font du business, leur permettant de générer toutes sortes de nouveaux revenus.

    Conclusion

    Reconnaître ces tendances et les intégrer à la planification stratégique est essentiel à l’ère du numérique. Comme le montre l’étude de HBR*, les entreprises qui adoptent les données connectées et l’analyse prédictive voient déjà leurs performances globales s’améliorer par rapport à leurs concurrents. Au fur et à mesure que cette nouvelle technologie et l’intégration des données seront appliquées à la production locale et aux systèmes d’exploitation, la performance continuera de s’améliorer et de nouveaux modèles de services et de revenus deviendront une réalité.

    * https://www.hbrfrance.fr/magazine/2019/05/25677-etre-un-leader-du-numerique-ca-paie

    Sur ce blog vous allez découvrir

    Le coût de votre dépendance aux technologies obsolètes

    Des solutions concrètes pour résoudre vos difficultés récurrentes

    Comment des innovations peuvent multiplier vos opportunités

    Comment l’IIoT réduit les coûts de production

    Comment l’IIoT réduit les coûts de production

    Actualisé le par Olivier VUILLET

    Comment l’IIoT réduit les coûts de production

    Si vous êtes dans l’industrie, vous savez ce que peut vous coûter un arrêt de ligne à cause d’un incident imprévu. Les installations de production d’aujourd’hui sont soumises à une pression constante pour minimiser les arrêts et augmenter les rendements et c’est là que l’Internet industriel des objets (IIoT) fait la différence.

    Qu’est-ce que l’IIoT ?

    L’Internet industriel des objets (IIoT pour Industrial Internet of Things) fait référence aux capteurs, instruments et autres dispositifs interconnectés en réseau avec les applications industrielles des ordinateurs, y compris, mais sans s’y limiter, la fabrication et la gestion énergétique. Cette connectivité permet la collecte, l’échange et l’analyse de données, ce qui pourrait faciliter l’amélioration de la productivité et de l’efficacité ainsi que d’autres avantages économiques (source wikipedia.org).

    La technologie industrielle IIoT accélère les opérations de fabrication, rendant les processus et les dispositifs plus intelligents et améliorant la durée de vie des équipements de l’usine. Les analystes prédisent que les applications IIoT pour la fabrication pourraient créer une valeur de 3,7 milliards de dollars d’ici 2025, augmenter la productivité de 25 % et réduire les temps d’arrêt jusqu’à 50 %*. Ainsi les imprimantes IIoT industrielles atteignent de nouveaux niveaux d’efficacité, de réduction des coûts et de durabilité dans la production.

    Application de réalité augmentée pour une imprimante Hitachi

    Application de réalité augmentée pour une imprimante Hitachi

    L’IIoT transforme les imprimantes industrielles

    Bien que le marquage industriel ne représente qu’une petite partie de la production manufacturière, il joue un rôle important pour répondre aux besoins des consommateurs. L’un des secteurs de fabrication qui utilise le marquage industriel spécialisé est l’industrie de l’agroalimentaire et des boissons – pour imprimer les dates de péremption sur les contenants de lait ou les cartons d’œufs ou même les canettes de bière. Parce que l’industrie agroalimentaire est très réglementée, ces machines doivent imprimer l’information rapidement, de façon fiable et précise sur les emballages primaires et secondaires permettant de suivre efficacement le flux des marchandises du producteur au consommateur. Les éventuels problèmes peuvent être ainsi identifiés tout au long de la chaîne d’approvisionnement afin d’en détecter la source et d’y remédier.

    Pour les industriels de l’agroalimentaire et des boissons, la technologie IIoT transforme les imprimantes industrielles ordinaires en dispositifs IIoT afin d’améliorer l’efficacité opérationnelle, la fiabilité, la qualité de service et la durabilité. Avec les imprimantes IIoT industrielles, les entreprises peuvent mesurer le temps de fonctionnement, surveiller les indicateurs de performance clés (KPI) à l’aide d’analyses et utiliser des tableaux de bord pour surveiller l’ensemble d’un parc d’imprimantes afin d’identifier les problèmes liés au marquage.

    L’IIoT garantit que les imprimantes restent en ligne

    Pour répondre aux besoins croissants des fabricants, des tableaux de bord IIoT de nouvelle génération sont en cours de développement pour transformer les imprimantes industrielles en dispositifs IIoT. En utilisant des capteurs dans l’imprimante pour communiquer avec une plate-forme IIoT, ces systèmes permettent aux opérateurs de visualiser l’état de l’imprimante, les niveaux d’encre et la viscosité. Ils peuvent également mesurer la pression, le taux de rendement de la production, les habitudes des utilisateurs et même la raison pour laquelle les imprimantes sont hors ligne – un problème coûteux et chronophage pour les fabricants.

    Les imprimantes IIoT réduisent l’impact environnemental

    Non seulement les imprimantes industrielles IIoT aident les fabricants à éviter que les imprévus n’aient un impact sur la production, mais elles réduisent également l’impact environnemental en améliorant la consommation d’énergie des imprimantes et en utilisant nettement moins d’additif que les autres imprimantes, ce qui est meilleur pour l’ environnement et les opérateurs. Grâce à la technologie d’impression IIoT, Hitachi co-créera avec ses clients des solutions qui apportent des avantages significatifs à l’industrie de demain.

    Conclusion

    L’avenir de l’IIoT reste encore à imaginer. Néanmoins, les industriels vont gagner en maturité et l’IIoT va transformer leurs pratiques de manière de plus en plus visible. C’est une évolution qu’il ne faudra pas négliger pour être certain de pouvoir encore créer de la valeur pour ses clients dans le futur.

    *McKinsey Global Institute. The Internet of Things: Mapping the Value Beyond the Hype. Juin 2019

     

     

    Sur ce blog vous allez découvrir

    Le coût de votre dépendance aux technologies obsolètes

    Des solutions concrètes pour résoudre vos difficultés récurrentes

    Comment des innovations peuvent multiplier vos opportunités

    Les coûts cachés du marquage de fin de ligne

    Les coûts cachés du marquage de fin de ligne

    Actualisé le par Olivier VUILLET

    Les coûts cachés du marquage de fin de ligne

    Lors du choix de la technologie de codage de votre fin de ligne de production, il est important d’avoir une information claire sur le coût total de possession. Pour le marquage des emballages secondaires, le jet d’encre haute résolution et l’étiquetage automatique génèrent des coûts cachés qui peuvent s’additionner de manière significative sur la durée de vie de la machine.

    Lorsqu’on compare les solutions, il est utile pour un industriel d’examiner les quelques coûts cachés suivants qui auront un impact sur le coût total d’exploitation de ces systèmes :

    Les consommables

    Les consommables que l’on retrouve dans les technologies de marquage de fin de ligne contribuent à votre coût total de possession d’une manière importante. Pour le jet d’encre, gardez à l’esprit les coûts associés à l’encre et aux têtes d’impression.

    Dans les environnements habituels d’impression d’emballages secondaires, les minuscules buses des têtes d’impression à jet d’encre peuvent se boucher. Cela se produit en moyenne tous les 1,5 ans avec la plupart des têtes standard sur le marché, le plus souvent, la tête d’impression doit être jetée et remplacée.

    Pour les technologies d’étiquetage automatique des cartons, tenez compte du coût des étiquettes, par exemple : en fonction du sens de dépose de l’étiquette ou de la taille de votre message plus l’étiquette sera grande, plus le coût par marquage sera élevé. Également, dans les systèmes d’étiquetage, vous devrez tenir compte du coût de l’air comprimé, de la consommation d’énergie et des coûts d’entretien liés aux systèmes pneumatiques.

    Pour réduire vos dépenses de consommables, les imprimantes haute résolution qui offrent des têtes d’impression réparables vous aideront à réduire vos coûts de possession à long terme. La technologie industrielle la plus fiable peut durer jusqu’à 10 ans ou 90 milliards d’impulsions. Ou, si votre ligne utilise l’étiquetage automatique, recherchez des solutions simples, modulaires et qui permettent une économie d’énergie.

    La qualité d’impression ou d’étiquetage inadaptée ou la dégradation de l’impression

    Lorsqu’il s’agit de codage de cartons, s’ils ont été imprimés de façon incorrecte ou ne sont pas complètement marqués à cause d’une de vos têtes d’impression, vous ferez face à l’un des deux scénarios suivants : soit vos opérateurs de ligne investiront du temps pour retravailler ces cartons mal marqués en passant les mêmes cartons une deuxième fois sur la ligne, soit le carton sera mis au rebut. Il en va de même lorsque les étiquettes ne sont pas déposées correctement sur le carton. Si le problème n’est pas identifié de façon rapide, il faudra recommencer et gaspiller des consommables, voire organiser un retour de vos produits avec vos clients. Dans tous ces scénarios, cela vous coûtera du temps, de l’argent et de la productivité.

    Rechercher des systèmes d’impression haute résolution avec des indicateurs qui vous alertent d’un niveau d’encre bas et qui permettent le changement de consommables en cours de production. Dans les technologies d’étiquetage, les applications les solutions les plus simples assureront une fois de plus un fonctionnement fiable et reproductible qui ne mettra pas votre production à la merci d’un aléa. Priorisez la sélection d’un système avec des options de capteur de tampon intelligent qui peut alerter les opérateurs lorsque des produits sont manqués ou que plusieurs tentatives d’application sur le substrat ont échoué.

    Les changements de produits sur la ligne

    Des séries plus courtes pour les produits personnalisés à la demande des consommateurs donnent lieu à des changements de produits jusqu’à 3 fois ou plus sur chaque ligne au cours d’une journée. Pour répondre à cette demande, il faut passer du temps à modifier les paramètres de la ligne ou à créer un nouveau message. Pour l’impression jet d’encre et les applicateurs d’étiquettes, choisissez des solutions qui mettent l’accent sur la facilité d’utilisation grâce à des écrans tactiles simples et conviviaux et des solutions logicielles connectées qui permettent des changements de message ou de paramètres rapides et faciles. Cela limitera les erreurs de manipulation et accélèrera les modifications en production.

    La maintenance

    En raison de la poussière de carton ondulé, de la colle et des contaminants en suspension dans l’air que l’on trouve souvent en fin de ligne de production les petites buses des imprimantes à jet d’encre peuvent se bloquer, ce qui nécessite la purge et le nettoyage de la plaque frontale de la tête jet d’encre. Cela peut se produire une fois par jour en fonction de la qualité du carton ondulé et de l’environnement d’impression. Dans certains systèmes à jet d’encre, la purge et le nettoyage nécessitent 5 à 10 minutes d’intervention manuelle et de temps d’arrêt. De même, les systèmes d’étiquetage nécessitent des coûts d’entretien supplémentaires s’ils sont mal conçus.

    Pour limiter l’entretien préventif de votre ligne et faire des économies à long terme, tournez-vous vers un système de purge automatique et programmable des têtes d’impression. Le mieux est encore une fonction de nettoyage automatique qui peut être réglée à des intervalles définis par le client afin de réduire considérablement les interventions humaines. Pour l’impression-pose d’étiquettes, choisissez une solution fiable et permettant d’optimiser les interventions des opérateurs. Un changement de consommables par exemple, doit se faire le plus simplement du monde, sous peine de pénaliser la productivité.

    Conclusion

    Ce ne sont que quelques exemples de coûts cachés. Les industriels doivent constamment trouver un équilibre entre l’amélioration de la qualité de la production et le maintien des coûts d’exploitation les plus bas possibles. Les coûts d’achat des imprimantes peuvent dissuader les fabricants sensibles aux prix de mettre à niveau leur technologie de codage et d’étiquetage. Pourtant, il peut être encore plus coûteux de persévérer avec de l’équipement désuet.

     

    Sur ce blog vous allez découvrir

    Le coût de votre dépendance aux technologies obsolètes

    Des solutions concrètes pour résoudre vos difficultés récurrentes

    Comment des innovations peuvent multiplier vos opportunités

    Impression jet d’encre industrielle : optimisez vos installations

    Impression jet d’encre industrielle : optimisez vos installations

    Actualisé le par Olivier VUILLET

    Impression jet d’encre industrielle : optimisez vos installations

    L’impression jet d’encre industrielle d’aujourd’hui ne ressemble plus au jet d’encre de la fin des années 70, car la Peugeot d’aujourd’hui ne ressemble pas à celle de votre père ! En d’autres termes, du point de vue des applications, vous pouvez toujours utiliser des anciens systèmes d’impression jet d’encre qui fonctionnent, tout comme vous pouvez trouver une ancienne Peugeot fiable. Mais est-ce que c’est ce que vous voulez conduire aujourd’hui ?

    Il en va de même pour le jet d’encre aujourd’hui avec l’impression à plus haute résolution et la possibilité d’imprimer des codes à barres et des logos, ainsi que des systèmes qui ont une capacité d’auto-nettoyage et d’avertissement tout comme les automobiles d’aujourd’hui. Les progrès technologiques ont permit de franchir de nombreuses barrières, de l’automobile à la médecine en passant par le jet d’encre industriel.

    L’impression jet d’encre industrielle permet d’imprimer à 600 DPI (points par pouce) et à des vitesses de plus de 200 produits par minute. Mais en avez-vous besoin ? Voulez-vous payer pour ça ? Comment répondre à vos besoins avec la bonne résolution et la bonne vitesse ? Qu’est-ce qui est important pour vous ? TCO (coût total de possession), temps de maintenance, temps de fonctionnement, fiabilité ?Saviez-vous que la plupart des impressions couleur à la maison ou au bureau se font à une résolution macro (résolution effective de l’image) de 150 dpi ou moins ? C’est vrai. Et ça a l’air sacrément bien ! Cela signifie donc qu’à plus de 150 dpi, vous vous débrouillerez probablement très bien avec n’importe quelle imprimante industrielle pour la plupart des applications, et que 200 ou 300 dpi suffiront pour remplir de nombreuses exigences en matière de codes à barres.

     

    Vitesse ou débit ?

    A combien de produits par minute la plupart des lignes d’emballage d’aliments et de boissons fonctionnent-elles ? Réponse : 70 à 120 est le besoin le plus typique, certaines allant jusqu’à 150 produits par minute et d’autres à moins de 30 produits par minute. Encore une fois, de quelle imprimante avez-vous besoin ? De nos jours, un bon nombre d’imprimantes peuvent faire du bon travail, néanmoins si vous êtes à l’extrémité supérieure du spectre sachez que certaines imprimantes ont besoin d’imprimer plus de points (dpi) pour couvrir une zone, ce qui réduit la réponse en fréquence ou le débit (la réponse en fréquence est la vitesse à laquelle les points doivent être imprimés pour couvrir une zone, disons un centimètre carré).

    Entretien ?

    À quelle fréquence devez-vous remplacer l’encre ? Pouvez-vous continuer à imprimer tout en changeant les bouteilles ou les cartouches ? Le système vous envoie-t-il un avertissement adéquat ou le voyez-vous dans l’entrepôt après coup ? Il faut nettoyer la tête ?

    Y a-t-il des arrêts de production dus à l’imprimante ? Pendant que vous prenez soin de l’imprimante vous ne faites pas autre chose,… Une imprimante de nouvelle génération intègre toutes ces fonctionnalités. Oui, elle peut être programmée pour nettoyer automatiquement la tête d’impression hors production, pendant les pauses déjeuner ou après les heures de travail. Les cartouches d’encre peuvent être changées sans interruption et les alarmes sont programmables et disponibles bien avant qu’il n’y ait plus d’encre.

    Cela signifie qu’il n’y aura pas de produits non marqués dans l’entrepôt. Aujourd’hui, ces fonctionnalités sont disponibles sur quelques produits seulement. Ne vous faites pas avoir à payer trop pour des fonctions que vous n’aurez pas.

    Mise à jour et fiabilité ?

    La fiabilité de votre imprimante est directement proportionnelle au temps de fonctionnement. Votre fournisseur conserve-t-il ces données et statistiques à des fins d’amélioration continue ? Est-ce qu’il partage ces données avec vous et vous fait des recommandations d’amélioration ? C’est un signe de la qualité de votre fournisseur. Demandez les données, et s’il ne peut pas les fournir, demandez pourquoi.

    Réparabilité ?

    Votre imprimante est-elle réparable ? Votre tête d’impression peut-elle être réparée ou doit-elle être jetée ? Avez-vous additionné tous les coûts ? Soyez prudent, assurez-vous de comparer des choux avec des choux lorsque vous regardez le coût de vos impressions.

    Conclusion

    Finalement, combien vous coûte réellement votre solution de marquage industriel ? Utilisez-vous un matériel adapté à vos besoins à l’heure actuelle ? Idéalement, il est utile de se poser ces questions au moment de l’achat de votre imprimante, le prix d’achat n’est qu’une constituante secondaire de votre investissement, la partie visible de l’iceberg en quelque sorte.

     

    Sur ce blog vous allez découvrir

    Le coût de votre dépendance aux technologies obsolètes

    Des solutions concrètes pour résoudre vos difficultés récurrentes

    Comment des innovations peuvent multiplier vos opportunités