Nous contacter +33 (0) 4 74 37 33 33

Prévoir l’avenir de la maintenance industrielle

Une enquête d’un grand groupe d’intérim montre que les vendeurs et les techniciens qualifiés figurent parmi les cinq postes les plus difficiles à pourvoir dans l’économie mondiale. La perte d’un si grand pourcentage de travailleurs qualifiés est problématique pour les équipes de maintenance des industries alimentaires et des boissons.

Maintenance avenir

Les techniciens de maintenance de l’ensemble du secteur sont hautement spécialisés et possèdent de nombreuses connaissances techniques spécifiques et une grande expérience dans l’utilisation d’un large éventail de machines qui doivent fonctionner à un rythme quasi continu. Les arrêts de production peuvent se transformer en catastrophe s’ils ne sont pas traités efficacement et rapidement. Avec de faibles marges bénéficiaires et une forte concurrence entre les fabricants dans l’ensemble du secteur, le manque de personnel de maintenance hautement qualifié peut être désastreux.
Les managers et les directeurs d’usine doivent donc mettre en place un système qui leur permette de tirer le meilleur parti d’une main-d’œuvre réduite. Le système doit pouvoir réduire la charge de travail des équipes de maintenance, en leur permettant de se concentrer sur la réparation et l’entretien des machines.

Au bon endroit, au bon moment

Une organisation efficace, tout en travaillant avec des équipes plus petites, est essentielle au succès. Les équipes trop dispersées n’ont pas la main d’œuvre nécessaire pour s’occuper des réparations compliquées, et pourtant, en concentrant toute votre main-d’œuvre de maintenance en un seul endroit, elles ne pourront pas traiter les problèmes à temps. Pour atteindre l’équilibre, il faut avoir une vue d’ensemble solide et approfondie de l’ensemble du système de maintenance.
Par exemple, les équipes de maintenance ne doivent pas perdre un temps précieux à effectuer des contrôles de routine pour des processus qui peuvent facilement être automatisés. Si des capteurs intelligents ont déjà permis de réduire la charge de travail des équipes de maintenance, il est également nécessaire de disposer de systèmes capables d’extraire des informations significatives à partir des données saisies.
Les systèmes de gestion des opérations de fabrication (MOM pour Manufacturing Operation Management) fournissent un aperçu détaillé de la santé des installations. Cela permet aux directeurs d’usine de planifier, de créer et d’exécuter les tâches de maintenance des équipements en utilisant les observations prédictives du système. Le déploiement d’équipes de maintenance de cette manière contribuera à protéger les entreprises et la production, même si l’organisation est à faible effectif. Les systèmes MOM permettent également de créer des listes de contrôle de l’exécution des tâches par les techniciens, ce qui signifie qu’aucune tâche n’est oubliée.
Prenons, par exemple, un site de production avec trois moteurs de convoyeurs qui doivent être réparés. Deux d’entre eux se trouvent dans des zones distinctes de la même usine et un autre se trouve à un endroit complètement différent. Le système sera capable de classer le convoyeur susceptible de tomber en panne en premier et d’avoir le plus d’impact, permettant au directeur de l’usine de déployer un technicien expérimenté sur le moteur le plus critique.

Les prochaines étapes

En termes de recherche et de développement, l’industrie alimentaire est l’une des plus innovantes. Toutefois, en matière de maintenance, de nombreuses entreprises se retrouvent encore à tenir des registres sur papier. Alors que la réglementation et les exigences de conformité ont historiquement poussé ces entreprises à travailler de cette manière, les progrès des outils numériques font que cela ne devrait plus être le cas.
Malheureusement, une fois que les systèmes basés sur le papier sont en place, ils peuvent être difficiles à éradiquer. Les entreprises se retrouvent bloquées, ce qui les conduit à ignorer les importantes économies, les gains d’efficacité et les avantages concurrentiels que les systèmes informatiques peuvent apporter.
La force motrice la plus importante pour le succès d’une entreprise est son personnel. Les ingénieurs de maintenance d’aujourd’hui ont déjà les connaissances informatiques nécessaires pour passer au numérique. En leur fournissant une interface familière qui relie rapidement les employés dans toute l’organisation, on permet au personnel de travailler plus rapidement et plus intelligemment, ce qui augmente la productivité. Les enregistrements électroniques permettent également d’éliminer les longues et fréquentes erreurs de saisie de données, qui sont courantes avec les systèmes sur papier.
D’autres part, donner au personnel de maintenance l’accès aux téléphones portables, aux tablettes et autres appareils électroniques sur le site leur permet de saisir les données plus rapidement et leur donne donc plus de temps pour effectuer les tâches importantes. Le fait de disposer d’un enregistrement numérique des machines qui ont régulièrement besoin de réparations signifie également que l’ingénieur a facilement accès aux données lorsqu’il est nécessaire de procéder à la prochaine maintenance.
La réalité augmentée est un autre exemple de technologie qui améliore l’efficacité des travailleurs. La RA permet des superpositions détaillées qui peuvent donner des informations en direct au technicien et également de filmer les différentes interventions.
La réalité virtuelle offre également un grand potentiel de formation. Des modèles numériques de machines et d’usines entières du monde réel permettront aux techniciens de tester une manipulation sans avoir d’impact sur l’équipement réel. La combinaison de ces deux technologies avec la richesse des données du système d’information rendra les employés plus efficaces.

La formation des ingénieurs

Les processus numériques et l’automatisation étant de plus en plus répandus dans les usines, les compétences requises pour être ingénieur de maintenance se développent. Les ingénieurs doivent non seulement être capables d’utiliser avec compétence les appareils intelligents, mais aussi de travailler quotidiennement en parallèle avec l’automatisation. Les directeurs d’usine doivent comprendre qu’investir dans la formation sur site pour tous les nouveaux ingénieurs est vital.

Maintenance préventive

Une fois que les ingénieurs sont formés et que les dossiers de maintenance sont facilement accessibles, les usines peuvent commencer à considérer l’impact de la maintenance préventive sur leurs opérations.
Les arrêts imprévus semblent toujours survenir au pire moment, que ce soit pendant la haute saison ou la production de grandes séries. Ces arrêts entraînent souvent des gaspillages, car les produits fabriqués au moment de l’arrêt doivent souvent être éliminés. Si elles n’entraînent pas de gaspillage, les pannes provoquent très certainement des arrêts plus ou moins importants, qui non seulement entraînent des pertes de production, mais peuvent aussi conduire à l’annulation de commandes et de contrats si les livraisons ne sont pas effectuées à temps.

En prenant en considération les problèmes potentiels sur la chaîne de production, les directeurs d’usine peuvent réduire les interruptions et contribuer à garantir la compétitivité à long terme. Tous les fabricants de produits alimentaires et de boissons connaissent des périodes où ils ne produisent pas ou produisent beaucoup moins que pendant la haute saison. C’est le moment idéal pour effectuer la maintenance de la chaîne de production. Si un directeur d’usine sait que son moteur devra probablement être réparé chaque année, il peut effectuer les travaux pendant les périodes de calme, ce qui minimise les temps d’arrêt et les pertes de production.
L’efficacité globale de l’équipement (OEE) est une mesure globale de l’efficacité de la production. Elle prend en considération trois facteurs : la disponibilité, les performances et la qualité. La recherche a montré que l’amélioration de l’un de ces facteurs aura un impact majeur sur l’efficacité – et la réalisation d’une maintenance préventive contribue à améliorer ces trois facteurs en réduisant les pannes, les arrêts et les défauts des équipements.

Conclusion

Si l’avenir de l’industrie est encore incertain, ce n’est pas une raison pour rester complaisant lorsqu’il s’agit de la maintenance des installations et de la gestion de la main-d’œuvre. Tout comme lorsqu’un moteur ne fonctionne pas aussi efficacement qu’il le devrait, la réponse est de ne jamais rester les bras croisés en attendant qu’une solution se présente. Les managers doivent planifier l’avenir, c’est ce qui garantira le fonctionnement continu d’une usine et de l’industrie dans son ensemble.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur ce blog vous allez découvrir

Le coût de votre dépendance aux technologies obsolètes

Des solutions concrètes pour résoudre vos difficultés récurrentes

Comment des innovations peuvent multiplier vos opportunités